Clathrina%20clathrus

Les éponges de la Réunion

Titre du document / Document title

Les éponges perforantes dans les milieux récifaux actuels et anciens : significations écologiques et paléoécologiques = Boring sponges both in modern and fossil reefs : Clathrina%20clathrusecological and paleoecological significances

Auteur(s) / Author(s)

Pari Nathalie ; Saint Martin Jean-Paul (Directeur de thèse) ;

Affiliation(s) du ou des auteurs / Author(s) Affiliation(s)

Université d’Aix-Marseille 1, Marseille, FRANCE (Université de soutenance)

La première partie de cette étude concerne les récifs de Polynésie Française où 9 espèces d’éponges perforantes (genres Cliona, Cliothosa, Thoosa et Aka) ont été identifiées. La distribution de ces éponges est observée à partir de carottes en tenant compte de la pression de broutage exercée sur le substrat qu’elles colonisent et d’un hydrodynamisme croissant. Le broutage dû à l’action des poissons Scaridés et des échinides est défavorable au développement des éponges perforantes sur le récif de Moorea. L’étude d’un modèle expérimental, implanté sur 4 stations d’atolls et 2 stations d’îles hautes montre une relation étroite et positive entre la densité de microperforants dans le substrat et l’intensité de bioérosion par les éponges perforantes. L’action des organismes brouteurs est aussi plus élevée lorsque la densité des macroperforants est plus importante. Les plus forts taux d’érosion externe (9,04 ± 6,06 kg.m−2.an−1) et de macrobioérosion (1,045 ± 0,409 kg.m−2.an−1) sont observés dans les lagons d’atolls, en particulier à Tikehau après 5 ans d’exposition des blocs expérimentaux. L’étude des éponges perforantes sur 3 radiales d’un récif de la Réunion (Océan Indien) en fonction d’un degré d’eutrophisation croissant, montre une abondance plus élevée des éponges dans les zones eutrophisées. La distribution des 6 espèces de cliones identifiées sur le récif frangeant de Saint Gilles-La Saline (genres Cliona, Alectona et Cliothosa), est inversement proportionnelle à la densité d’échinides présents (principalement Echinometra mathei), quel que soit le degré d’eutrophisation. L’étude des éponges perforantes dans des milieux récifaux actuels a montré une forte corrélation entre la densité d’organismes brouteurs (poissons et échinides) et l’intensité de l’érosion par les éponges. Le développement des éponges perforantes n’est pas seulement fonction d’un degré croissant d’eutrophisation puisqu’elles ont une action très destructrice même dans des zones oligotrophes. Les traces laissées par les cliones dans les bioconstructions d’une plate-forme carbonatée messinienne du sud de l’Espagne ont permis de définir 7 ichnoespèces (ichnogenre Entobia). On observe sur cette plate-forme la dominance d’une ichnoespèce tant au niveau de l’abondance que de l’intensité de bioérosion. Une meilleure connaissance de la typologie des galeries de cliones dans l’Actuel en fonction de la nature du substrat et de facteurs environnementaux déterminés devrait contribuer significativement à la reconstitution des paléoenvironnements dans les milieux anciens, en particulier dans les plates-formes carbonatées.

Source / Source

Travaux Universitaires – Thèse nouveau doctorat 1998 [Note(s) :  [201 p.]] (bibl.: 183 ref.)  (Année de soutenance : 1998) (No :  98 AIX1 1023)